Rencontre d´IDESI Ayacucho

Bike To Meet You, c´est un voyage à vélo à la découverte du monde. Ambassadeurs du CNCD-11.11.11 et pédalant pour le droit à l´alimentation, nous allons à la rencontre des partenaires du CNCD-11.11.11 pour vous  offrir une fenêtre sur leur travail et sur les réalités des producteurs. Nous sommes en ce moment à Ayacucho, au Pérou, où nous avons rencontré des acteurs de l’association belge Autre Terre via son coopérant, du partenaire sud IDESI (Institut du développement du secteur informel) et des bénéficiaires, les organisations de producteurs. Ce travail est financé par la Direction Générale de Coopération au Développement en Belgique. Nous nous sommes promenés dans les plantations et avons interviewé ces différents acteurs. Nous vous presentons ici l’essentiel de nos decouvertes.

Quel est le travail d´IDESI ?

Avant d´obtenir un soutien d’IDESI, les producteurs disposaient généralement des cultures variées qui leur permettaient de remplir leur assiette mais ne leur offraient que de maigres revenus. Leurs conditions de vie sont donc peu aisées car ils ne disposent que de peu d´argent pour toute dépense : habitat, scolarité, santé…  De 2006 à aujourd’hui, l´objectif d´IDESI a été de développer une stratégie pour améliorer les conditions des producteurs, de manière durable pour l´environnement et la population. Cette stratégie a consisté à :

  • améliorer les techniques de production Cela s’est fait par la formation des producteurs pour apporter des réponses aux questions : quels sont les engrais naturels performants ? comment les utiliser ? quelle est la distance optimale entre les plantes ? quels types et quelles combinaisons de cultures offrent de bon rendements ? comment améliorer l’accès à l’irrigation ? quelle machine utiliser et comment ? …
  • cibler les cultures à haut potentiel économique et former les responsables de commercialisation dans chaque organisation pour améliorer l’accès aux marchés Il s´agit principalement de la tara (tanin pour le cuir et additif alimentaire), du quinoa (céréale), des cochons d´inde (oui, ici ça se mange), des avocats et des produits agroécologiques (« bio »).
  • soutenir la formation de 30 organisations de producteurs.

En 2012, les producteurs des 30 organisations ont décidé de former la première Coopérative régionale chargée de commercialiser la tara et les autres produits directement à un exportateur pour obtenir de meilleurs prix.

La partie production bien assise, le nouveau défi est devenu l´autonomisation socio-économique des producteurs. Les axes stratégiques d´IDESI à travers le partenariat avec Autre Terre sont alors devenus :

  • renforcer les capacités d´organisation de producteurs représentative Ce n´est qu´en travaillant ensemble que les producteurs peuvent faire face aux productions massives des grandes entreprises, qu´ils peuvent profiter des aides de l´état, parler d´une seule voie avec des acheteurs et s´adresser à des exportateurs à la recherche de gros volumes. C´est aussi en passant par l´organisation que peuvent se développer des services tels que pépinière ou infrastructure d´irrigation.
  • développer les moyens de commercialisation Il s´agit de diversifier les acheteurs pour ne pas être à la merci d´un acheteur unique, atteindre le marché de l´exportation pour obtenir de meilleurs revenus, développer un marché régional pour la valorisation des produits agroécologiques.

Quels sont les prochains défis ?

Obtenir un marché pour valoriser les produits agroécologiques (la certification bio participative), renforcer les organisations de producteurs, permettre à la coopérative d´accéder aux capitaux requis pour démarrer le cycle de commercialisation.

La voix du producteur

« Les fluctuations des prix ne permettent pas d´anticiper les revenus d´une parcelle. Parfois, ça baisse tellement qu´on obtient presque rien de notre travail. » Theodoro, président d´une association de producteurs.

« Pour lutter contre les fluctuations des prix, les coopératives de cafés achètent aux producteurs à un prix prédéfini et vendent ensuite au meilleur moment. Par manque de capitaux, ce n´est pas possible pour notre coopérative de réaliser cela avec la tara. » Rolando, gérant de la Coopérative des fruits de l´Ande

« On doit s´associer car c´est la seule manière d´obtenir les soutiens financiers de l´état. » Ramiro, membre d´une association de producteurs

« Pour changer les lois qui freinent les producteurs dans leurs activités agroécologiques, tout le Pérou doit s´unir ! » Edwin, responsable des filières productives et du programme à IDESI

« Idesi, c´est un travail main dans la main avec les petits producteurs » Eliseo, technicien d´IDESI

« Nous avions trouvé un exportateur mais nous n´avons pas pu organiser la collecte de produits par manque de capitaux. Nous avons besoin d´argent pour pouvoir acheter aux producteurs qui ont l´habitude d´être payés lorsqu´ils fournissent le produit. Ce n´est qu´après qu´on ne pourrait vendre en grand volume à l´exportateur. » Rolando, gérant de la Coopérative des fruits de l´Ande

« D´abord il faut assurer l´alimentation de la famille et puis on peut penser à la commercialisation. » Edwin, responsable des filières productives et du programme à IDESI

« L’objectif actuel du travail d’Autre Terre et d’IDESI pour le programme est l’autonomisation socioéconomique des producteurs, pour qu’ils puissent voler de leurs propres ailes. Cela s’obtiendra à travers une organisation de second niveau, une organisation représentative qui puisse gérer les filières agroécologiques. » Constant Coopérant d’Autre Terre

Plus d´informations :


 

Quel est le travail d’Autre Terre ?

Autre Terre est l’ONG du Groupe Terre. Son action, en lien direct avec l’économie sociale et la coopération au développement, est partagée entre le Nord et le Sud. Autre Terre appuie des initiatives locales dans le domaine économique. Ses actions privilégient la réciprocité grâce à la création de réseaux entre acteurs et se base sur le renforcement des capacités des dirigeants. L’approche est économique mais en même temps sociale. Cela veut dire qu’il y a une réappropriation de l’économie, cette dernière est investie de sens et de valeurs solidaires.

Au Sud, et plus particulièrement en Amérique latine (Pérou, Brésil), en Afrique (Burkina Faso, Mali, Sénégal) et en Asie (Philippines), Autre Terre soutient un grand nombre de partenaires. Ses axes de travail sont la récupération et le recyclage, les filières agricoles, le commerce et l’éducation à l’environnement. Au Pérou, Autre Terre travaille avec des organisations de producteurs dans la région d’Ayacucho, Junín et Cajamarca. Autre Terre soutient également une association de recycleuses (Femmes Ecosolidaires) à Arequipa.

Au Nord, l’ONG propose des activités d’éducation, à destination de tous les publics, principalement centrées sur la promotion de l’économie sociale et solidaire ainsi que sur la sensibilisation aux relations Nord/Sud.

Plus d’informations sur www.autreterre.org

Une réflexion au sujet de « Rencontre d´IDESI Ayacucho »

  1. Adelante. Un proyecto magnifico… desde Cabanyal sur mer abrazos de Maria jose, Vicente y Francesc. SALUTATIONS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *